Près d’une centaine d’experts algériens et étrangers, participent à la 4ème réunion du Comité GNL de l’Union internationale du Gaz (UIG), dont les travaux se sont ouverts mardi à Oran.
Ces experts débattront, trois jours durant, de la situation du gaz dans le monde et des opportunités pour la promotion de cette ressources, a précisé à l’APS Badji Khaled, membre du secrétariat générale de l’Association algérienne de l’industrie du gaz (AIG).
Cette rencontre regroupe près d’une centaine d’experts en la matière dont 32 étrangers représentant les différentes associations affiliées à l’UIG à savoir l’Allemagne, la Grande Bretagne, l’Australie, le Cameroun, la Corée, l’Espagne, la France, l’Indonésie, l’Iran, le Japon, la Thaïlande et la Tunisie.
La rencontre s’inscrit dans le cadre du programme du triennat 2015-2018, de l’UIG, précise-t-on dans un communiqué remis à l’APS. La réunion de ce Comité a regroupé les représentants de 15 pays, ainsi que des représentants de l’AIG.
Les réunions du comité du GNL, dont celle d’Oran, ont pour objectifs de mettre en place une feuille de route pour les délégués des différents pays et organisations gazières pour les trois années à venir.
L’intérêt pour l’Algérie est que l’AIG est présente dans les différents comités.
C’est qui revêt une importance particulière pour la défense des intérêts du pays, notamment pour ce qui concerne la commercialisation du gaz et les conditions contractuelles.
Les travaux de cette rencontre porteront sur les problématiques liées à l’Industrie du GNL, notamment dans ses aspects liés à la liquéfaction, regazéification, au transport, à la commercialisation, a-t-il précisé.
Trois sous-groupes et une ‘‘Task-Force’‘, un groupe de professionnels réunis spécialement pour l’exécution d’une tâche, se pencheront sur le traitement de ces problématiques.
Le premier sous-groupe traitera les aspects liés aux technologies des unités de GNL flottantes (FLNG), le second abordera les aspects relatifs à la compétitivité du GNL dans le marché de l’Energie, et le troisième traitera du développement de la capacité de production des installations GNL et leur flexibilité.
La ‘‘Task-force’‘ se chargera de la préparation du rapport mondial de l’Industrie du GNL qui est annuellement édité, ajoute -t-on de même source.
Des organisations gazières, des experts nationaux et internationaux, ainsi que des instituts spécialisés et des étudiants en hydrocarbures seront présents à cet événement, note-t-on.
L’Association algérienne de l’Industrie du Gaz est une association nationale à caractère scientifique et technique à but non lucratif, agréé par le ministère de l’Intérieure en vertu de la loi relative aux associations.
Fondée par la Sonatrach, Sonelgaz et un groupe de personnes physiques parmi des personnalités du secteur des hydrocarbures en 1993, pour constituer un espace de rencontres de l’ensemble des acteurs directs et indirects de l’Industrie du Gaz en Algérie.
L’Algérie, pays producteur, consommateur et exportateur de gaz, a développé très tôt une importante industrie des gaz (gaz naturel, GNL et GPL) et a participé activement à l’expansion du commerce international du gaz, notamment sous forme liquéfié, rappelle-t-on.

APS